QU’EST-CE QUE L’AGROÉCOLOGIE?

L’agroécologie : une science, un mouvement et un ensemble de pratiques

Une agriculture durable

L’agroécologie est une agriculture qui imite les processus naturels des écosystèmes pour accroître la production.

Vidéo du programme CASC, par le Cirad

Une discipline scientifique

L’agroécologie est l’écologie de l’agroécosystème.

C’est « l’application de la science écologique à l’étude, à la conception et à la gestion d’agroécosystèmes durables ». (Gliessman 1998)

Un mouvement social

L’agroécologie est le programme politique du développement durable.

C’est « placer le contrôle des semences, de la biodiversité, des terres et territoires, de l’eau, des savoirs, de la culture, des biens communs et des espaces communautaires entre les mains de celles et ceux qui nourrissent le monde ». (FI sur l’Agroécologie, Nyéléni, Mali, 2015)

Un ensemble de pratiques

L’agroécologie est le savoir-faire paysan fondé sur la valorisation de la diversité.

C’est améliorer les systèmes de culture et d’élevage pour augmenter la productivité globale de l’agroécosystème, en imitant les processus biologiques des écosystèmes. (Olivier De Schutter, 2010)

Pourquoi faire de l’agroécologie au Cambodge ?

Parce que l’agroécologie est un moyen efficace pour :

Augmenter les emplois et les revenus

L’agroécologie est plus rentable

Améliorer les rendements et la qualité nutritive des produits

L’agroécoogie est plus efficace

Préserver l'environnement et la santé

L’agroécologie est plus durable

Générer de l’autonomie

(libérer de la dépendance aux intrants externes et aux crédits)

L’agroécologie est plus équitable

 

QUELS SONT Les objectifs de l'agroécologie ?

Améliorer la fertilité du sol : gérer la matière organique et l'activité biologique du sol

Recycler la biomasse et les nutriments

Valoriser les ressources en eau

Valoriser les interactions biologiques bénéfiques

Favoriser la biodiversité fonctionnelle

Optimiser Les ressources en en énergie

l’écosystème : notions basiques

Lumière

La plante produit les sucres dont elle a besoin pour pousser grâce à l’absorption du carbone contenu dans le C02 de l’air. Cette absorption à lieu grâce à l’énergie de la lumière, et rejette de l’oxygène. C’est la photosynthèse.

Carbone de l'air (CO2)

Le carbone du CO2 est le principal aliment dont la plante se nourrit pour grandir. C’est après l’eau, l’élément dont les végétaux sont essentiellement constitués.

Arbres

L’arbre fabrique du sol par la production de biomasse, décompose les roches par la sécrétion d’acides pour en extraire les minéraux, remplit les nappes phréatiques lorsqu’il pleut et remonte l’eau à la surface lorsqu’il fait sec, grâce à ses racines profondes.

Bactéries

Les bactéries minéralisent la matière organique décomposée en mangeant le carbone, fixent l’azote de l’air et solubilisent les minéraux pour nourrir les plantes et les animaux. Les cyanobactéries sont les pionnières de la formation du sol, en fixent le carbone grâce la photosynthèse.

ANIMAUX du sol (Epigés Endogés Anéciques)

Les animaux du sol décomposent les végétaux et les animaux morts et remontent les éléments nutritifs à la surface. Leurs activités créent de nombreuses galeries, qui augmentent la porosité du sol, permettant la pénétration de l’eau, l’oxygénation du sol et la croissance des racines.

Argiles

Fabriquées par les racines des arbres en dégradant les roches, elles sont remontées et liées aux humus notamment par les grands lombrics. Elles forment le meilleur réservoir de nutriments en se liant avec l’humus.

Eau

Le cycle de l’eau se confond avec le cycle de la vie. L’eau conduit tous les éléments minéraux solubilisés et les sucres dans les cellules. La plante absorbe et rejette en transpirant de très grandes quantités d’eau puisées dans le sol.

Azote de l'air (N2)

L’azote de l’air est massivement fixé par certaines bactéries du sol et apporté à la plante pour synthétiser les acides aminés et les protéines. L’air qui nous entoure est la plus grande réserve d’azote, elle en contient 78%.

Champignons

Le mycélium des champignons produit l’humus et l’agglomère en sécrétant des sucres complexes, régule l’eau dans le sol, explore et exploite les ressources du sol pour les apporter aux plantes en échange de sucre, grâce aux mycorhizes.

Plantes

La plante nourrit les animaux et les insectes, apporte des sucres aux champignons et aux bactéries qui se lient à elle, séquestre le carbone dans le sol pour nourrir les bactéries et couvre le sol pour le protéger de la pluie et du soleil.

Humus

L’humus est constitué de grosses molécules carbonées stables, qui sont un produit de la décomposition des matières organiques fraîches à la surface du sol. Elles retiennent et stockent efficacement l’eau et les minéraux. Elles assurent un rôle essentiel dans la structuration du sol en se liant avec les argiles.

Minéraux

La plante a besoin de minéraux en petite quantité pour réaliser son développement. Soufre, Phosphore, Magnésium, Calcium et Potassium sont essentiel pour produire des acides aminés ; Bore, Cuivre, Manganèse, Nickel, Fer, Zinc sont nécessaire aux enzymes.

l’écosystème : notions basiques

[virtual_slide_box id="2"]
[virtual_slide_box id="3"]
[virtual_slide_box id="29"]
[virtual_slide_box id="30"]
[virtual_slide_box id="6"]
[virtual_slide_box id="7"]
[virtual_slide_box id="8"]
[virtual_slide_box id="9"]
[virtual_slide_box id="10"]
[virtual_slide_box id="11"]
[virtual_slide_box id="12"]
[virtual_slide_box id="13"]

Quelques pratiques clés de l’agroécologie

Successions

Faire se succéder des cultures différentes sur une même parcelle pour contrôler les maladies, les ravageurs et les adventices et mieux valoriser la diversité des nutriments disponibles.

Associations

Planter en même temps plusieurs cultures sur une même parcelle pour obtenir des effets de complémentarité et de facilitation, augmenter le rendement global, et gérer les auxiliaires, les ravageurs et les maladies.

Couverture

Couvrir le sol par de la végétation et ne jamais le laisser à nu pour le protéger du soleil et des pluies et minimiser la perte des nutriments.

Embocagement

Planter des arbres, des arbustes et des haies entre les cultures pour produire de la biomasse, conserver l’eau et protéger du vent.

Semis-direct

Semer directement sans travail du sol profond pour préserver sa structure et accroître l’activité biologique souterraine.

Semences paysannes

Reproduire et échanger des semences de variétés hétérogènes entre paysans pour faciliter l’adaptation des plantes à leur milieu et conserver une diversité génétique.

Pâturage élevage

Intégrer l’élevage dans les systèmes de culture pour valoriser les chaînes alimentaires et le recyclage des nutriments.

Compostage

Décomposer les matières organiques et les apporter au sol pour nourrir et héberger les micro-organismes du sol et stocker des éléments dont ils se nourrissent.

L'agriculture au Cambodge

Le Cambodge est un pays principalement agricole : 80 % des familles cambodgiennes possèdent des terres cultivables et 68 % des cambodgiens sont agriculteurs. Mais ils sont souvent délaissés par les politiques gouvernementales et l’activité agricole est de plus en plus dévalorisée par les citadins, si bien que la pauvreté touche massivement près de 70 % du milieu rural. Aujourd’hui 31 % des familles paysannes possèdent moins d’un hectare et vivent avec moins de 1 $ par jour.

%

des cambodgiens sont agriculteurs

%

des familles cambodgiennes possèdent des terres cultivables

%

de pauvreté en milieu rural

%

des familles possèdent moins d'1 hectare et vivent avec moins de 1$/jour

Ne pouvant se nourrir sainement ni subvenir correctement à leurs besoins, les jeunes cambodgiens sont nombreux à abandonner le milieu agricole et à migrer vers les villes ou les pays frontaliers pour travailler dans les usines. Pourtant, les familles vivant de la petite agriculture ont entre leurs mains les clés d’une part importante de leur sécurité alimentaire et de leur autonomie économique.

De plus, Battambang est la 1ère province agricole du Cambodge, surnommée « le grenier à riz du pays ». La ville est en pleine expansion économique grâce à la proximité de la Thaïlande et à sa politique de développement du tourisme.

La production agricole du Cambodge

Le PIB est de 18,05 milliards de dollars en 2015 dont 35% engendrés par l’agriculture.

Près de 3000 ha de terre sont cultivés en riziculture, mais les rendements moyens dépassent à peine 2 tonnes/ha. En effet, plus de 50% des sols cultivés sont peu fertiles et/ou fortement dégradés.

  • Terres cultivées en rizières 50%
  • Terres cultivés en maraichages 30%

Le climat, entre grande sécheresse et mousson, et l’économie du Cambodge ne permettent pas aux agriculteurs de suivre la cadence de l’agriculture conventionnelle. L’utilisation d’intrants a augmenté de 28% et celle de pesticides de 33% entre 2007 et 2010. Après avoir appauvrit leur terre avec l’agriculture de masse et dans l’incapacité financière d’acheter encore plus d’intrants et de pesticides, certains sont contraints à l’exode rural, au chômage et la famine.

Vous vous intéressez à l’agroécologie au Cambodge ?

Ressources

D’autres organismes travaillent  également dans ce domaine au Cambodge :

  • GRET Groupe de recherche de l’échange technologique
  • ECOLAND Centre de recherche en agroécologie de l’Université Royale du Cambodge
  • CEDAC Centre d’étude et de développement
  • CIRD Institut pour le développement rural
  • CIRAD Organisme français de recherche agronomique
  • AGRISUD Entreprise internationale de création de projet agricole

Photographie de l’agroécologie dans le monde

Something is wrong.
Instagram token error.
Load More

PLATEFORME D’INFORMATIONS DE OSEZ L’AGRO ECOLOGIE

RAPPORT DE L’ONU SUR LE DROIT
À L’ALIMENTATION

de Olivier de Shutter

L’AGROCOLOGIE, UNE RAISON D’ESPÉRER

de Miguel Altieri

Ressources documentaires

"Les moissons du futur" de Marie-Monique Robin

Bande-annonce du film – Documentaire

Synospis : « En appliquant à la terre des recettes industrielles, l’agriculture est en train de créer les conditions de sa propre perte » affirmait en 2011 Olivier de Schutter, rapporteur spécial pour le droit à l’alimentation des Nations Unies, alerté par la crise alimentaire de 2007/2008. Lancée depuis l’après-guerre sous le nom de « Révolution verte », cette agriculture industrielle n’est pas parvenue à nourrir le monde, a épuisé les sols, les ressources en eau, la biodiversité, a largement participé au réchauffement climatique et a poussé des millions de paysans vers les bidonvilles urbains. Il faut changer de paradigme ! Croisant les témoignages d’agriculteurs, d’agronomes, d’économistes, de responsables politiques et d’organisations internationales sur quatre continents (Afrique, Asie, Amérique du Nord et Europe), Marie-Monique Robin mène l’enquête. Avec Les moissons du futur, on découvre qu’un autre modèle agricole et commercial, innovant et productif, a déjà fait ses preuves en restituant aux paysans un rôle-clé dans l’avenir de l’humanité.

"A River Changes Course" de Kalyanee Mam

Bande-annonce du film – Documentaire

Synospsis : « Nous avons travaillé tellement dur sur cette terre, » dit Sav Samourn. « Et maintenant, ils sont venus la détruire complétement. Tôt ou tard, il n’y aura plus rien. » Pour ses débuts en tant que réalisatrice, Kalyanee Mam voyage à travers son propre pays et capture les histoires de 3 jeunes khmers qui ont du mal à concilier leur mode de vie traditionnel et le monde moderne autour d’eux. Au fond de la jungle, Sav Samourn lutte face aux grandes firmes qui accaparent le territoire et au « progrès » qui qui détruit la forêt nourricière. Elle découvre qu’il y a peu de place pour les animaux sauvages, les fantômes, la maison qu’elle a toujours connue… Dans un petit village de pêcheurs, Sari Math doit arrêter l’école pour aider sa famille. Mais quand les poissons deviennent plus rares, le mode de vie de sa famille est menacé. Khieu Mok doit partir de son village pour aller travailler à l’usine à Phnom Penh afin de payer les dettes familiales. Cependant, la vie à la ville n’est pas meilleure et Khieu est tiraillée entre le besoin d’envoyer de l’argent à sa famille et son devoir d’être auprès des siens. Depuis les forêts du Cambodge jusqu’à ses rivières, depuis le paysage idyllique des rizières jusqu’au coeur battant de la capitale, des changements radicaux transforment le paysage du pays, et les rêves de ses habitants.

 écrit par Kalyanee Mam

"Des abeilles et des hommes" de Charles Berling

Bande-annonce du film – Documentaire

Synospsis : Entre 50 et 90% des abeilles ont disparu depuis quinze ans. Cette épidémie, d’une violence et d’une ampleur phénoménale, est en train de se propager de ruche en ruche sur toute la planète. Partout, le même scénario : par milliards, les abeilles quittent leurs ruches pour ne plus y revenir. Aucun cadavre à proximité. Aucun prédateur visible. Arrivée sur Terre 60 millions d’années avant l’homme, l’Apis mellifera (l’abeille à miel) est aussi indispensable à notre économie qu’à notre survie. Aujourd’hui, nous avons tous de quoi être préoccupés : 80 % des espèces végétales ont besoin des abeilles pour être fécondées. Sans elles, pas de pollinisation, donc pratiquement plus de fruits, ni légumes. Il y a soixante ans, Einstein avait déjà insisté sur la relation de dépendance qui lie les butineuses à l’homme : « Si l’abeille disparaissait du globe, l’homme n’aurait plus que quatre années à vivre. »

"Demain" de Cyril Dion et Mélanie Laurent

Bande-annonce du film – Documentaire

Synospsis : Alors que l’humanité est menacée par l’effondrement des écosystèmes, Cyril, Mélanie, Alexandre, Laurent, Raphäel et Antoine, tous trentenaires, partent explorer le monde en quête de solutions capables de sauver leurs enfants et, à travers eux, la nouvelle génération. A partir des expériences les plus abouties dans tous les domaines (agriculture, énergie, habitat, économie, éducation, démocratie…), ils vont tenter de reconstituer le puzzle qui permettra de construire une autre histoire de l’avenir.

"En quete de sens" de Nathanaël Coste et Marc de la Ménardière

Bande-annonce du film – Documentaire

Synospsis : Ni un film environnemental, ni un film de voyage, ni réellement fictionné, ni totalement documentaire, incarné mais pas intimiste, ce film ressemble au road-movie d’une génération désabusée à la recherche de sagesse et de bon sens.  En rapprochant les messages d’un biologiste cellulaire, d’un jardinier urbain, d’un chamane itinérant ou encore d’une cantatrice présidente d’ONG, Marc et Nathanaël nous invitent à partager leur remise en question, et interrogent nos visions du monde. Ce documentaire a été coproduit grâce à une campagne de financement participatif qui a mobilisé  963 internautes. Il est distribué de manière indépendante par l’association Kamea Meah.

"Ceux qui sèment" de Pierre Fromentin

Bande-annonce du film – Documentaire

Synospsis : Mais quelle est donc cette agriculture familiale qui emploie à ce jour plus de 40 % des actifs mondiaux et produit 80 % de l’alimentation mondiale ?

C’est la question à laquelle 40 étudiants en agronomie ont choisi de répondre en réalisant un film documentaire à travers le monde. Le jeune réalisateur Pierre Fromentin a mis en image cette agriculture familiale, en passant par l’Inde, la France, le Cameroun, l’Equateur et le Canada.

Ce film évoque les avantages ainsi que les limites associés au caractère familial de l’agriculture. Une invitation au voyage et à la réflexion, pour un public de tous âges et de tous horizons.

"La belle verte" de Colline Serreau

Bande-annonce du film – Fiction

Synospsis : Quelque part dans l’univers existe une planète dont les habitants évolués et heureux vivent en parfaite harmonie. De temps en temps quelques-uns d’entre eux partent en excursion sur d’autres planètes. Curieusement, depuis deux cents ans plus personne ne veut aller sur la planète Terre. Or un jour, pour des raisons personnelles, une jeune femme décide de se porter volontaire. Et c’est ainsi que les Terriens la voient atterrir en plein Paris.

VIVRE DE SA TERREVivre de sa Terre est une association française loi 1901 de services agricoles qui appuie les paysans cambodgiens pour le développement rural au nord-ouest du Cambodge.

Nous avons besoin de vous !